L'ÉPAVE DU FIAT C.29 D'AGELLO RETROUVÉE DANS LE LAC DE GARDE

28.05.2016

L'ÉPAVE DU FIAT C.29 D'AGELLO RETROUVÉE DANS LE LAC DE GARDE

Coltri

Dans le lac de Garde, on retrouve fréquemment des débris de bateaux et de planeurs d'intérêt historique. Ces dernières semaines, c'est notamment la découverte de l'hydravion de course Fiat C.29, numéro d'immatriculation 129, l'un des avions que le champion italien Francesco Agello avait perdu au cours d'un vol de test.

Le 16 juillet 1929, l'hydravion est tombé probablement en raison d'un soulèvement anormal de la superficie du lac ou d'un détritus flottant qui a provoqué l'accrochement et la chute à la renverse du planeur alors que ce dernier se déplaçait a une vitesse de 150 km à l'heure.

Agello a survécu à l'accident grâce à l'équipe de sauvetage qui s'est empressée à venir à sa rescousse ainsi que grâce aux conseils de Mario Bernasconi, le pilote du premier modèle du C.29 qui était tombé lors des premiers essais de flottaison à une vitesse de 100 km/h et qui avait recommandé à Agello de faire retirer le pare-brise pour pouvoir sortir plus facilement de l'avion en cas d'urgence.

Depuis ce temps, à savoir depuis plus de 90 ans, le mythe de l'hydravion d'Agello n'a cessé d'occuper les esprits autour du lac de Garde mais, malgré de nombreuses tentatives, personne n'avait réussi à le retrouver.

Le 21 février de l'année dernière, l'épave a été découverte par le groupe des sauveteurs volontaires du lac de Garde alors qu'il était à la recherche d'un plongeur en apnée disparu depuis le mois de janvier dans le golfe de Desenzano. Sur le sonar de leur bateau est apparue une forme identifiée ensuite par le robot sous-marin filoguidé (ROV) qui a déterminé la position de l'avion rouge enfoncé presque verticalement queue vers le bas et dont les côtés portaient l'emblème du pilote âgé à l'époque de 20 ans.

Une inspection visuelle subséquente a permis de reconnaître les inscriptions « C.29 » et « 129 » sur la queue, confirmant avec certitude la provenance de l'épave. De plus, la commune de Desenzano ayant également contribué à la recherche, s'est adressée avec enthousiasme aux médias afin de présenter la découverte au public.

L'avenir de l'épave dépend à présent des autorités qui discutent des diverses mesures possibles à prendre pour la mettre en valeur.

Pour plus d'informations :

  • restons en contact

    Inscrivez-vous à notre Newsletter

  • INSCRIVEZ-VOUS